Articles

Cautérisation du nez : est-ce vraiment nécessaire ?

Si la plupart des cas de saignements de nez sont bénins et surviennent à cause d’une sécheresse de l’air, d’une blessure nasale, ou d’une rupture d’un petit vaisseau sanguin de la muqueuse nasale, certains cas sont plus inquiétants et doivent être surveillés. Le saignement de nez peut en effet, être lié ou être un symptôme d’une pathologie plus sérieuse et la cautérisation est alors une opération chirurgicale qui peut être envisagée dans certains cas que nous allons explorer dans cet article.

Qu’est-ce que la cautérisation du nez ?

La cautérisation du nez est une chirurgie qui se déroule sous anesthésie générale et qui consiste à utiliser une aiguille d’électrocautérisation, un laser ou un coton imbibé de produit chimique pour stopper les vaisseaux sanguins responsables. Il s’agit plus précisément de brûler minutieusement les vaisseaux sanguins de la muqueuse nasale qui sont régulièrement sujets aux saignements de nez. Sous l’impulsion de la chaleur, les tissus vont alors s’épaissir puis cicatriser afin que cette opération permette de mettre fin aux saignements de nez. La cautérisation du nez est une opération chirurgicale assez lourde puisqu’elle implique le passage d’une caméra et de l’objet cautérisant dans les narines. Elle peut donc provoquer une sensation de gêne peu agréable. Cette technique engendre des résultats positifs dans la grande majorité des cas, mais il faut également savoir que ces résultats probants ne sont pas définitifs.

La cautérisation, dans quels cas ?

Certaines pathologies telles que les tumeurs des sinus ou des fosses nasales, l’hypertension artérielle, la maladie de Rendu-Osler ou encore l’hémophilie engendrent des saignements de nez abondants, fréquents, durables et donc difficilement gérables par les personnes qui en souffrent. Les saignements de nez viennent alors s’ajouter aux désagréments que provoquent ces maladies.

La maladie de Rendu-Osler se caractérise par une anomalie des vaisseaux sanguins qui provoque des écoulements de sang très impressionnants. Les saignements de nez peuvent alors parfois mener à des situations invalidantes pour les personnes concernées comme des écoulements par les deux narines, des déglutitions de caillots de sang, une altération de l’état de santé général ou encore le besoin de transfusions régulières. Dans ces cas, la méthode envisageable la plus efficace pour arrêter les saignements est alors d’avoir recours à la cautérisation du nez afin d’obturer les vaisseaux responsables de l’épistaxis à répétition.

La cautérisation, une intervention nécessaire ?

La cautérisation est alors une intervention chirurgicale qui peut être nécessaire et utile, mais seulement dans certains cas (comme ceux que nous avons énoncés précédemment). Cette intervention doit être prévue seulement après qu’un bilan et des tests de santé soient effectués par des professionnels, médecins et ORL. Certains professionnels de la santé préfèrent d’ailleurs traiter la cause des saignements, c’est-à-dire la pathologie qui provoque les saignements avant ou au lieu de vous proposer la cautérisation du nez. En effet, nul besoin d’avoir recours à la cautérisation dans tous les cas. Cette intervention est lourde et douloureuse malgré l’anesthésie. De plus, ses effets ne seront pas éternels.

Si vos saignements de nez sont bénins et peuvent être stoppés autrement, commencez notamment par essayer les traitements plus simples, efficaces et non douloureux comme le traitement sous forme de gel Nozohaem. Vendu en pharmacie, il permet de stopper les hémorragies nasales rapidement. Celui-ci fonctionne en insérant l’embout du traitement dans la narine concernée et en le pressant dans le but de remplir la narine d’un gel qui exerce une pression sur la muqueuse nasale et favorise la coagulation naturelle du sang pour arrêter l’écoulement.